Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


avec grand’joie, et elle qui avoit couché par adventure dix mille fois avec huit hommes, se coucha avec luy pour pucelle, et luy feit accroire qu’il estoit ainsi. » Pour ne pas s’apercevoir, en voyant Alaciel, qu’elle avait croqué autant de pommes qu’en peut fournir dans la saison un bon clos normand, il fallait que le roi de Garbe, à ce que j’ai pensé, eût un chapeau à bien larges bords et qui lui gênait singulièrement la vision. ― Théophile Thoré, l’éminent critique d’art, avait un chapeau comme celui-là, qui ne l’empêchait pas de bien voir la peinture ; mais il se trompait parfois à l’expression des physionomies. ― A ce que disent les historiettes, il devint amoureux d’une dame, et jura que jusqu’à ce qu’elle eût pris son martyre en pitié, il ne se ferait pas couper la barbe. La dame fut d’abord étonnée ; mais, le dos tourné, elle ne pensa pas plus à cela qu’à ses vieilles pantoufles, et Thoré en fut quitte pour porter une barbe qui lui tombait jusqu’aux genoux.


Bonjour, Monsieur Courbet, page 136. ― Cette ode n’est que la répétition du tableau connu