Page:De Broyer - Feuillets épars, contes, 1917.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8

Des vagues la soulevèrent et l’emportèrent au large. L’eau la retint et l’étrangla.

Plus tard, on retrouva son cadavre sur la plage. Elle avait rejoint son fiancé. Ils étaient unis pour l’éternité.


* * *


Et je suis revenu, comme le soir tombait ; le soleil faisant sur l’eau de larges taches d’or mouvant. Je songeais à la croix de pierre, à sa légende. Je restai longtemps à contempler un trois-mâts s’enfoncer dans l’horizon et disparaître.

Reviendront-ils jamais, ceux-là ?