Page:De Broyer - Feuillets épars, contes, 1917.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
35


LES ROSES SE FANAIENT


À Mlle M. G.


— Ton métier ?

— Troubadour. Je ris parfois, souvent je pleure, toujours je chante…

— Ton âge ?

— Je l’ignore. Peut-être vingt ans, ou moins. Pas davantage. Je suis né ici sans doute, car j’aime tant cette ville ! Elle est si bonne. Si vous saviez comme il est doux de flâner par ses ruelles, de lorgner ses jolies filles si peu craintives et si fraîches… Et puis, les gentilshommes de Monseigneur ont belle mine, leurs dames aussi. Les bourgeois sont cossus, pas très avares… leurs femmes non plus.

— Vagabond, coureur de filles, un vrai poète, je vois. Écris-tu ?

— Parfois, quand j’ai bu. J’aime mieux penser. Mais si vous le vouliez, mon gentilhomme, je vous écrirais quelque chose !