Page:De Caraman-Chimay Borghese - Belges et Africains, 1916.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les autorités compétentes écriront certainement la part prise par les Belges dans la lutte contre les forces allemandes, tant au Cameroun que dans l’Afrique orientale. Je veux seulement résumer ici à grands traits leur action pendant ces deux dernières années et les motifs qui l’ont déterminée.

Après le coup d’Agadir en 1911, les Allemands avaient obtenu, moyennant l’abandon de leurs prétentions au Maroc, une partie de territoire, qui leur donnait vers le Congo deux tentacules extrêmement menaçants pour nous. Il aurait suffi d’une attaque partant de ces régions pour couper notre ligne de communication sur le fleuve, et amener ainsi les conséquences les plus graves pour le ravitaillement de toute la colonie. La guerre étant commencée en Afrique, le meilleur moyen d’empêcher une offensive sur ce point dangereux, était de la prendre nous-mêmes.