Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peintre de genre, pâle, hypocondriaque, phlegmatique, un jeune savant taciturne, cherchant les coins et qui se destinait à l’église ; un officier enfin dont les manières polies ressemblaient à ces belles lames si affilées qu’elles blessent même quand on les manie avec prudence. On aimait peu le savant et l’officier, l’un parce qu’il était hautain, l’autre parce qu’il riait faux.

Cette compagnie, bruyante d’habitude, était encore animée par la tumultueuse présence d’un homme d’action, tapageur amusant, mauvaise tête agréable, bon cœur très-dissimulé, maître Job enfin, girouette avouée, qui ne tournait cependant qu’à un seul vent, celui de la terre dorée où croissent, se multipliant à leur seul contact, les napoléons, les guillaumes, les frédérics et les guinées.

Maître Job exerçait le modeste métier de commis-voyageur en toutes sortes de marchandises ; il avait cependant déjà des satellites : un saute-ruisseau, un aspirant surnuméraire, un huitième de courtier maron, un jeune namurois prêt à passer ou plutôt à ne point passer son examen de candidat en philosophie, préparatoire au doctorat en droit.