Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SER HUYGS.



I.



Ce jour-là on avait refusé l’hospitalité à un pèlerin dans une tribu de Maures, et quelques guerriers, se pressant autour des anciens, leur avaient demandé de quel droit on profanait ainsi les lois du prophète.

Alors un vieux derviche se leva, les conduisit sous sa tente et leur conta cette histoire :

« Les étoiles qu’Allah a suspendues par des chaînes d’or à la voûte du premier ciel éclairaient la terre, quand un guerrier et une vierge se rencontrèrent loin au delà de nos tentes.