Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entends-tu, voilà le Tousseux qui va ouvrir… Une voix… une voix d’homme, je connais cette voix… Ils montent à deux, Claes et lui… Il faut me défendre… J’ai peur.

Le Tousseux ouvrit la porte ; un homme bien vêtu et beau entra.

— Mahom ! Mahom ! s’écria Johanna, sauve moi, Simon. Et elle se cacha derrière Ser Huygs.


V.


Mahom, car c’était lui, entra dans la chambre. Le Tousseux resta derrière la porte, appuyé sur sa béquille, car il avait été surpris du nom de mécréant qu’avait prononcé Johanna, et effrayé du grand cri qu’elle avait jeté. Il demeura donc là, comme un chien fidèle flairant quelque danger et veillant sur ses maîtres par affection. Et Claes songeant à ses vieux bras et ses mains tremblantes, à son corps branlant, se demandait si tous ces vieux os, se ramassant ensemble, pourraient servir à défendre Ser Huygs et Johanna.

Cependant Mahom se tenait debout à l’entrée de la chambre : Johanna et Ser Huygs purent le regarder à