Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXIII.


Le premier mai, Anna fut réveillée à l’aube par une voix grave qui chantait sous sa fenêtre le lied flamand de mai.

Belle aimée combien légèrement tu dors
Belle aDans ton premier rêve.
Je veux rester ici debout et planter le mai,
Belle aIl est si beau.

Émue, attentive, charmée, Anna chantait tout bas la réponse :

Je n’en veux point de ton mai,
Je n’ouvrirai point ma fenêtre,
Plante ton mai où il te plaît,
Plante ton mai là-bas bien loin.

La voix reprit :

Qu’en ferai-je ? Où le planterai-je ?
Ce sera dans la rue des Seigneurs,
La nuit d’hiver est froide et longue,
Il y laissera ses fleurs.

Belle-aimée, laisse-lui ses fleurs,
Nous l’enterrerons dans le cimetière,
Près de l’églantier ;
Son tombeau portera des roses.