Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Compatiſſant seigneur, repartit Ulenſpiegel, vous mettez de l’huile dans ma lampe, elle brûlera en votre honneur.

Le lendemain, il demanda au sire landgrave de faire défiler devant lui ceux auxquels il réſervait l’honneur d’être pourtraits.

Vint alors le duc de Lunebourg, commandant des lanſquenets au service du landgrave. C’était un gros homme, portant à grand’peine sa panſe gonflée de viande. Il s’approcha d’Ulenſpiegel & lui coula en l’oreille ces paroles :

— Si tu ne m’ôtes, en me pourtraitant, la moitié de ma graiſſe, je te fais pendre par mes soudards.

Le duc paſſa.

Vint alors une haute dame, laquelle avait une boſſe au dos & une poitrine plate comme une lame de glaive de juſtice.

— Meſſire peintre, dit-elle, si tu ne me mets deux boſſes au lieu d’une que tu ôteras, & ne les place par devant, je te fais écarteler comme un empoiſonneur.

La dame paſſa.

Puis vint une jeune demoiſelle d’honneur, blonde, fraîche & mignonne, mais à laquelle il manquait trois dents sous la lèvre supérieure.

— Meſſire peintre, dit-elle, si tu ne me fais rire & montrer trente-deux dents, je te fais hacher menu par mon galant qui eſt là.

Et lui montrant le capitaine d’arquebuſiers qui tantôt jouait aux dés sur les eſcaliers du palais, elle paſſa.

La proceſſion continua ; Ulenſpiegel reſta seul avec le sire landgrave.

— Si, dit le sire landgrave, tu as le malheur de mentir d’un trait en pourtraitant toutes ces phyſionomies, je te fais couper le cou comme à un poulet.

— Privé de la tête, penſa Ulenſpiegel, écartelé, haché menu ou pendu pour le moins, il sera plus aiſé de ne rien pourtraire du tout. J’y aviſerai.

— Où eſt, demanda-t-il au landgrave, la salle qu’il me faut décorer de toutes ces peintures ?

— Suis-moi, dit le landgrave.

Et lui montrant une grande chambre avec de grands murs tout nus :

— Voici, dit-il, la salle.

— Je serais bien aiſe, dit Ulenſpiegel, que l’on plaçât sur ces murs de grands rideaux, afin de garantir mes peintures des affronts des mouches & de la pouſſière.