Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Cela sera fait, dit le sire landgrave.

Les rideaux étant placés, Ulenſpiegel demanda trois apprentis, afin, diſait-il, de leur faire préparer ses couleurs.

Pendant trente jours, Ulenſpiegel & les apprentis ne firent que mener noces & ripailles, n’épargnant ni les fines viandes ni les vieux vins. Le landgrave veillait à tout.

Cependant, le trente & unième jour il vint pouſſer le nez à la porte de la chambre où Ulenſpiegel avait recommandé qu’il n’entrât point.

— Eh bien, Thyl, dit-il, où sont les portraits ?

— Ils sont loin, répondit Ulenſpiegel.

— Ne peut-on les voir ?

— Pas encore.

Le trente-sixième jour, il pouſſa de nouveau le nez à la porte :

— Eh bien, Thyl ? interrogea-t-il.

— Hé ! sire landgrave, ils cheminent vers la fin.

Le soixantième jour, le landgrave se fâcha, & entrant dans la chambre :

— Tu me vas incontinent, dit-il, montrer les peintures.

— Oui, redouté Seigneur, répondit Ulenſpiegel, mais daignez ne point ouvrir ce rideau avant d’avoir mandé céans les seigneurs capitaines & dames de votre cour.

— J’y conſens, dit le sire landgrave.

Tous vinrent à son ordre.

Ulenſpiegel se tenait devant le rideau bien fermé.

— Monſeigneur landgrave, dit-il, & vous, madame la landgravine, & vous, monſeigneur de Lunebourg, & vous autres belles dames & vaillants capitaines, j’ai pourtrait de mon mieux, derrière ce rideau, vos faces mignonnes ou guerrières. Il vous sera aiſé de vous y reconnaître chacun très-bien. Vous êtes curieux de vous voir, c’eſt juſtice, mais daignez prendre patience & laiſſez-moi vous dire un mot ou six. Belles dames & vaillants capitaines, qui êtes tous de sang noble, vous pouvez voir & admirer ma peinture ; mais s’il eſt parmi vous un vilain, il ne verra que le mur blanc. Et maintenant daignez ouvrir vos nobles yeux.

Ulenſpiegel tira le rideau :

— Les nobles hommes seuls y voient, seules elles y voient les nobles dames, auſſi dira-t-on bientôt : Aveugle en peinture comme vilain, clairvoyant comme noble homme !

Tous écarquillaient les yeux, prétendant y voir, s’entre-montrant, déſi-