Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Et je n’entends plus rien, pourſuivit Nele, car Sa Sainte Majeſté s’eſt couchée sur un lit & dort, & le roi Philippe, hautain & fier, le regarde sans amour.

Ce qu’ayant dit, Nele fut éveillée par Katheline.

Et Claes, songeur, regardait la flamme du foyer éclairer la cheminée.


LIX


Ulenſpiegel, en quittant le landgrave de Heſſe, monta sur son âne &, traverſant la grand’place, rencontra quelques faces courroucées de seigneurs & de dames, mais il n’en eut point de souci.

Bientôt il arriva sur les terres du duc de Lunebourg, & y fit rencontre d’une troupe de Smaedelyke broeders, joyeux Flamands de Sluys qui mettaient tous les samedis quelque argent de côté pour aller une fois l’an voyager en pays d’Allemagne.

Ils s’en allaient chantant dans un chariot découvert & traîné par un vigoureux cheval de Veurne-Ambacht, lequel les menait batifolant par les chemins & marais du duché de Lunebourg. Il en était parmi eux qui jouaient du fifre, du rebec, de la viole & de la cornemuſe avec grand fracas. À côté du chariot marchait souventes fois un dikzak jouant du rommel-pot & cheminant à pied, dans l’eſpoir de faire fondre sa bedaine.

Comme ils étaient à leur dernier florin, ils virent venir à eux Ulenſpiegel, leſté de sonnante monnaie, entrèrent en une auberge & lui payèrent à boire. Ulenſpiegel accepta volontiers. Voyant toutefois que les Smaedelyke broeders clignaient de l’œil en le regardant & souriaient en lui verſant à boire, il eut vent de quelque niche, sortit & se tint à la porte pour écouter leur diſcours. Il entendit le dikzak diſant de lui :

— C’eſt le peintre du landgrave qui lui bailla plus de mille florins pour un tableau. Feſtoyons-le de bière & de vin, il nous en rendra le double.

— Amen, dirent les autres.

Ulenſpiegel alla attacher son âne tout sellé à mille pas de là, chez un fermier, donna deux patards à une fille pour le garder, rentra dans la salle de l’auberge & s’aſſit à la table des Smaedelyke broeders, sans mot dire. Ceux-ci lui verſèrent à boire & payèrent. Ulenſpiegel faiſait sonner dans sa