Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beaucoup qui mangent la plus groſſe part & les meilleurs morceaux de la nourriture des pauvres priſonniers.

Claes embraſſa en pleurant Ulenſpiegel & Soetkin, mais il fut le premier qui eut les yeux secs, parce qu’il le voulait, étant homme & chef de famille.

Soetkin pleurait & Ulenſpiegel diſait :

— Je veux briſer ces méchants fers.

Soetkin pleurait, diſant :

— J’irai au roi Philippe, il fera grâce.

Claes répondit :

— Le roi hérite des biens des martyrs. Puis il ajouta : — Femme & fils aimés, je m’en vais aller triſtement de ce monde & douloureuſement. Si j’ai quelque appréhenſion de souffrance pour mon corps, je suis bien marri auſſi, songeant que, moi n’étant plus, vous deviendrez tous deux pauvres & miſérables, car le roi vous prendra votre bien.

Ulenſpiegel répondit, parlant à voix baſſe :

— Nele sauva tout hier avec moi.

— J’en suis aiſe, repartit Claes ; le dénonciateur ne rira pas sur ma dépouille.

— Qu’il meure plutôt, dit Soetkin, l’œil haineux, sans pleurer.

Mais Claes, songeant aux carolus, dit :

— Tu fus subtil, Thylken mon mignon ; elle n’aura donc point faim en son vieil âge, Soetkin ma veuve.

Et Claes l’embraſſait, la serrant fort contre sa poitrine, & elle pleurait davantage, songeant que bientôt elle perdrait sa douce protection.

Claes regardait Ulenſpiegel & diſait :

— Fils, tu péchas souvent courant les grands chemins, ainſi que font les mauvais garçons ; il ne faut plus le faire, mon enfant, ni laiſſer seule au logis la veuve affligée, car tu lui dois défenſe & protection, toi le mâle.

— Père, je le ferai, dit Ulenſpiegel.

— Ô mon pauvre homme ! diſait Soetkin l’embraſſant. Quel grand crime avons-nous commis ? Nous vivions à deux paiſiblement d’une honnête & petite vie, nous aimant bien, Seigneur Dieu, tu le sais. Nous nous levions tôt pour travailler, & le soir, en te rendant grâces, nous mangions le pain de la journée. Je veux aller au roi & le déchirer de mes ongles. Seigneur Dieu, nous ne fûmes point coupables !

Mais le geôlier entra & dit qu’il fallait partir.

Soetkin demanda de reſter. Claes sentait son pauvre viſage brûler le sien,