Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais ils sont deux, dit la dame.

— J’en soignerai un, repartit la coquaſſière.

— Madame, repartit Ulenſpiegel, nous sommes deux, il eſt vrai, moi & mon pauvre Lamme, qui ne peut porter cent livres sur le dos, mais en porte cinq cents sur l’eſtomac en viandes & boiſſons, volontiers.

— Mon fils, dit Lamme, ne te gauſſe point de moi infortuné à qui sa bedaine coûte si cher à remplir.

— Elle ne te coûtera pas un liard aujourd’hui, dit la dame. Entrez céans tous deux.

— Mais, dit Lamme, il y a auſſi deux baudets sur leſquels nous sommes.

— Les picotins, répondit la dame, ne manquent point en l’écurie de M. le comte de Meghem.

La coquaſſière quitta sa poêle & tira dans la cour Ulenſpiegel & Lamme sur leurs ânes, leſquels se mirent à braire incontinent.

— C’eſt, dit Ulenſpiegel, la fanfare de prochaine nourriture. Ils claironnent leur joie, les pauvres baudets !

En étant tous deux deſcendus, Ulenſpiegel dit à la cuiſinière :

— Si tu étais âneſſe, voudrais-tu d’un âne comme moi ?

— Si j’étais femme, répondit-elle, je voudrais d’un gars à la face joyeuſe.

— Qu’es-tu donc, n’étant point femme ni âneſſe ? demanda Lamme.

— Je suis vierge, dit-elle, une vierge n’eſt point femme ni âneſſe davantage ; comprends-tu, groſſe bedaine ?

Ulenſpiegel dit à Lamme :

— Ne la crois point, c’eſt la moitié d’une folle-fille & le quart de deux diableſſes. Sa malice charnelle lui a déjà gardé en enfer une place sur un matelas pour y choyer Belzébuth.

— Méchant gauſſeur, dit la cuiſinière, si tes cheveux étaient de crin, je n’en voudrais pas seulement pour marcher deſſus.

— Moi, dit Ulenſpiegel, je voudrais manger toutes tes chevelures.

— Langue dorée, lui dit la dame, te les faut-il toutes avoir ?

— Non, répondit Ulenſpiegel, mille me suffiraient fondues en une seule comme vous.

La dame lui dit :

— Bois d’abord une pinte de bruinbier, mange un morceau de jambon, taille à même dans ce gigot, éventre-moi ce pâté, hume-moi cette salade.

Ulenſpiegel joignit les mains :