Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


couſſins noirs & une petite table sur laquelle il y avait une croix d’argent.

Et sur cet échafaud furent mis à mort par le glaive, les nobles comtes d’Egmont & de Hornes. Et le roi hérita.

Et l’ambaſſadeur de François, premier du nom, dit parlant d’Egmont :

— Je viens de voir trancher la tête à celui qui deux fois fit trembler la France.

Et les têtes des comtes furent poſées sur les pointes de fer.

Et Ulenſpiegel dit à Lamme :

— Les corps & le sang sont couverts de drap noir. Bénis soient ceux qui tiendront haut le cœur, droite l’épée dans les jours qui vont venir !


V


En ce temps-là le Taiſeux réunit une armée & fit envahir de trois côtés les Pays-Bas.

Et Ulenſpiegel dit en une aſſemblée de gueux sauvages de Marenhout :

— Sur l’avis de ceux de l’Inquiſition, Philippe, roi, a déclaré tout & un chacun habitant des Pays-Bas coupable de lèſe-majeſté, du fait des héréſies tant pour y avoir adhéré que pour n’y avoir pas mis obſtacle, & vu cet exécrable crime, les condamne tous, sans avoir égard au sexe ou à l’âge, excepté ceux qui sont déſignés nominalement, aux peines réſervées à de telles forfaitures ; & ce, sans nulle eſpérance de grâce. Le roi hérite. La mort fauche dans le riche & vaſte pays que bornent la Mer Septentrionale, le comté d’Emden, la rivière d’Amiſe, les pays de Weſtphalie, de Clèves, de Juliers & de Liége, l’évêché de Cologne & celui de Trèves, le pays de Lorraine & de France. La mort fauche sur un sol de trois cent quarante lieues, dans deux cents villes murées, dans cent cinquante villages ayant droit de villes, dans les campagnes, les bourgs & les plaines. Le roi hérite.

— Ce n’eſt pas, pourſuivit-il, trop de onze mille bourreaux pour faire la beſogne. D’Albe les nomme des soldats. Et la terre des pères eſt devenue un charnier, d’où les arts fuient, que les métiers quittent, que les induſtries abandonnent pour aller enrichir l’étranger, qui leur permet chez lui d’adorer le Dieu de la libre conſcience. La Mort & la Ruine fauchent. Le roi hérite.