Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tombés. De fait ils les virent étendus par terre, l’un mort, l’autre râlant & tenant la main sur sa poitrine, où se trouvait une lettre froiſſée en un dernier effort de vie.

Ils emportèrent les corps, qu’ils reconnurent aux vêtements pour corps de gentilſhommes, & vinrent ainſi avec leurs lanternes près du prince, empêché à tenir conſeil avec Frédéric de Hollenhauſen, le Marckrave de Heſſe, & d’autres seigneurs.

Suivis de landſknechts, de reiters, de verts & de jaunes caſaquins, ils vinrent devant la tente du Taiſeux, demandant avec cris qu’il les voulût recevoir.

Il en sortit. Alors, coupant le verbe au prévôt, touſſant & se préparant à l’accuſer, Ulenſpiegel dit :

— Monſeigneur, j’ai tué, au lieu de corbeaux, deux traîtres nobles de votre suite.

Puis il narra ce qu’il avait vu, ouï & fait.

Le Taiſeux ne sonna mot. Ces deux corps furent fouillés, étant préſents, lui, Guillaume d’Orange le Taiſeux, Friedrich de Hollenhauſen, le marckrave de Heſſe, Dieterich de Schoonenbergh, le comte Albert de Naſſau, le comte de Hoogſtraeten, Antoine de Lalaing, gouverneur de Malines ; les soudards & Lamme Goedzak tremblant en sa bedaine. Des lettres scellées de Granvelle & de Noircarmes furent trouvées sur les gentilſhommes, les engageant à semer la diviſion dans la suite du prince, pour diminuer d’autant ses forces, le forcer a céder & le livrer au duc pour être décapité selon ses mérites. « Il fallait, diſaient les lettres, procéder subtilement & par mots couverts, pour que ceux de l’armée cruſſent que le Taiſeux avait déjà fait, à son seul profit, accord particulier avec le duc. Ses capitaines & soudards, fâchés, le feraient priſonnier. Il leur était pour récompenſe envoyé à chacun un bon de cinq cents ducats sur les Függer d’Anvers ; ils en auraient mille auſſitôt que seraient arrivés d’Eſpagne en Zélande les quatre cent mille qu’on attendait. »

Ce complot étant découvert, le prince sans parler se tourna vers les gentilſhommes, seigneurs & soudards, parmi leſquels il en était un grand nombre qui le soupçonnaient ; il montra les deux corps sans parler, voulant par ce geſte leur reprocher leur défiance. Tous s’exclamèrent en grand tumulte :

— Longue vie à d’Orange ! D’Orange eſt fidèle aux pays !

Ils voulurent par mépris jeter les cadavres aux chiens ; mais le Taiſeux :