Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vague le pouſſe il recule, & il ne saurait marcher que comme les crabes, de côté.

— Oui, comme les crabes ! diſait Lamme.

Le batelier alors parlant à Lamme :

— Que marmonnes-tu là entre les dents, bloc de lard ?

Lamme, entrant en rage, dit :

— Mauvais chrétien, qui me reproches mon infirmité, sache que mon lard eſt à moi & provient de ma bonne nourriture, tandis que toi, vieux clou rouillé, tu ne vécus que de vieux harengs saurs, de mèches de chandelles, de peaux de stockfiſch, à en juger par ta viande maigre, que l’on voit paſſer à travers les trous de ton haut-de-chauſſes.

— Ils vont s’entrecogner raidement, diſaient les hommes, femmes & manouvriers, réjouis & curieux.

— Hi han ! hi han ! faiſait le batelier.

Lamme voulut deſcendre de son baudet pour ramaſſer des pierres & les jeter au batelier.

— Ne jette pas de pierres, dit Ulenſpiegel.

Le batelier parla à l’oreille du garçonnet hihannant à côté de lui sur le bateau. Celui-ci détacha un batelet des flancs du bateau &, à l’aide d’une gaffe qu’il maniait habilement, s’approcha de la rive. Quand il fut tout près, il dit, se tenant debout fièrement

— Mon baes vous demande si vous oſez venir sur le bateau & engager la bataille avec lui par le poing & par le pied. Ces bonſhommes & commères seront témoins.

— Nous le voulons, dit Ulenſpiegel bien dignement.

— Nous acceptons le combat, dit Lamme avec grande fierté.

Il était midi, les manouvriers diguiers, paveurs, conſtructeurs de navires, leurs femmes munies de la pitance de leurs hommes, les enfants qui venaient voir leurs pères se reſtaurer de fèves ou de viande bouillie, tous riaient, battaient des mains à l’idée d’une bataille prochaine, eſpérant avec gaieté que l’un ou l’autre des combattants aurait la tête caſſée, ou tomberait en pièces dans la rivière pour leur réjouiſſement.

— Mon fils, diſait Lamme tout bas, il va nous jeter à l’eau.

— Laiſſe-toi jeter, diſait Ulenſpiegel.

— Le gros homme a peur, diſait la foule des manouvriers.

Lamme, toujours aſſis sur son âne, se retourna sur eux & les regarda avec colère, mais ils le huèrent.