Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
FALARDEAU.

le Juge Panet se plaisait souvent à admirer avec quelle habileté il imitait des bouquets de fleurs d’après de beaux vases de porcelaine de Chine qu’il prenait pour modèles.

Il demeura ensuite en qualité de commis chez M. J. P. Vézina, puis chez M. Bouchard, et enfin chez M. F. Parent.

Durant l’espace d’une année, qu’il séjourna chez M. Vézina, sans négliger ses devoirs, ni sa peinture, il fréquenta les écoles du soir avec une ardeur incroyable.

Notre excellent artiste, M. Théophile Hamel, qui, plus d’une fois, avait eu l’occasion d’admirer les