Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
FALARDEAU

toute la traversée. La bouche de ce monstre, toujours entre deux rhums, était un volcan d’imprécations et d’obscénités.

Notre ami avait une immense pitié pour l’infortuné enfant, mais une peur encore plus grande pour lui-même, car, à chaque instant, il croyait que l’orage allait fondre sur sa tête.


Malade, et n’osant bouger, il passa presque toute la traversée, étendu sur son lit, pleurant, priant, et lisant son livre de piété.

Encore n’avait-il pas la consolation de vaquer en paix à ses pieux exercices ; le capitaine ne cessait