Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
LE CHEVALIER

de tourner en ridicule ce qu’il appelait ses momeries.

Il y avait loin de là aux beaux rêves de gloire qu’il avait entrevus dans l’avenir !

À la hauteur des îles Açores, une tempête terrible, qui dura trois semaines, assaillit le vaisseau.

Il fallut jeter une partie de la cargaison à la mer.

Pendant trois jours, le navire demeura sur le côté sans pouvoir se relever.

La cuisine, avec le nègre cuisinier fut emportée par une vague. Chaque heure semblait devoir être la dernière.