Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
FALARDEAU.

Une suite de contre-temps l’attendait encore avant son arrivée à Florence, où il comptait se fixer.

Le chemin de fer de Livourne l’ayant déposé à Ponte d’Era, il crut économiser en prenant un vetturino.

Il en fut quitte pour pester contre lui, se faire écorcher et voler les clefs de sa malle à Empoli.

Aux portes de Florence, où il arriva, le soir, par une pluie battante, il lui fallut défoncer sa valise pour la soumettre à la visite des douaniers.

Enfin on le déposa devant l’hôtel Delle Chiave d’Oro, (amère dérision) l’hôtel des Clefs d’Or.