Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
57
FALARDEAU.

vous avez sondé les recoins les plus intimes de son cœur de poëte, et vous vous êtes enivré du doux parfum de son charme : vous avez saisi l’élan de sa brûlante imagination. Dans cette copie-là, il n’y a pas seulement du talent, il y a du génie : voici la réalité. Honneur à vous, jeune homme ! Il ne vous reste désormais qu’à voler de vos ailes ; livrez-vous donc dans l’espace, vous ferez grand chemin.

« Agréez, monsieur, l’assurance de mon dévouement.

« Antoine Bertani.

« P.-S. — Avant de fermer cette lettre, je suis retourné à l’Acadé-