Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
LE CHEVALIER

mie. Je viens d’y voir votre copie tout à fait achevée ! Que pourrais-je dire, si ce n’est que j’en suis épris jusqu’à l’enthousiasme ! Oh ! si, dans un jour de malheur (malheur affreux !) l’original venait à subir l’arrêt fatal de cette loi suprême de destruction qui pèse sur toute chose émanant de la puissance humaine, certes, il ne nous resterait, pour chercher un soulagement à notre poignante douleur, qu’à tourner nos plus ardents désirs vers le Nouveau-Monde[1] et lui demander, comme réfléchie dans

  1. C’est à Québec, lieu de naissance de M. Falardeau, que cette copie devait être envoyée (Note de l’Artiste.)