Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
LE CHEVALIER

« — Très-bien, très-bien, jeune homme, » s’écria-t-il en lui frappant sur l’épaule, « vous avez admirablement compris l’original. »

Et après quelques instants de silence :

« — Si cette toile n’est pas achetée, ajouta-t-il, je la réclame pour moi. »

« — Je regrette de ne pouvoir me rendre au désir de Votre Altesse, répondit Falardeau ; mon tableau n’est pas à vendre. J’ai intention de retourner bientôt au Canada, mon pays natal, et je désire l’emporter avec moi. »

Et le duc passa outre.