Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
LE CHEVALIER

maladies, au lieu d’user, semblent avoir trempée comme l’acier. À l’énergie de ses traits, on voit qu’il est prêt à supporter encore longtemps les balafres de la fortune. Son menton un peu proéminent et le développement du bas de sa figure accusent de la fermeté dans le caractère.

Son œil, légèrement enfoncé sous l’orbite, est plein d’éclairs, et reflète l’intelligence et l’inspiration.

On dirait qu’un rayon du ciel éclatant de sa nouvelle patrie s’y repose encore. Sous le costume de son ordre, il a toute la désinvolture, tout le chic militaire du soldat français ; et il en a, en même temps, toute l’aisance et l’amabilité.