Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


exigeant des évêques qu’ils fissent souscrire par les professeurs de théologie et par les directeurs de séminaires, des promesses incompatibles avec les règles conservatrices de la foi, et des formulaires de doctrine imposés au nom de l’autorité séculière. Que deux avocats aient tenté de singer Henri Viii, c’est un des plus curieux phénomènes de notre siècle. Selon leurs idées, les bureaux de l’intérieur fussent devenus comme un concile oecuménique permanent, présidé par un ministre révocable, en sa qualité de pape civil ; et l’on auroit vu M De Corbière, le front orné de la tiare ministérielle, après avoir invoqué les lumières de l’esprit qui jadis inspira les parlements, libeller et contresigner des ordonnances dogmatiques obligatoires, sauf appel aux chambres, pour les consciences constitutionnelles des français.

Tout cela ne seroit que risible, si l’expérience ne montroit que le ridicule et l’absurdité sont de foibles garanties contre les suites de certaines erreurs, lorsqu’elles se glissent dans les lois, et que la force vient au secours de l’extravagance.

N’a-t-on pas, à l’occasion même de la folle entreprise qui nous suggère ces réflexions, traduit devant les tribunaux un journal estimable, dont le délit, l’unique délit, étoit d’avoir rendue publique la réclamation d’un archevêque, suivant le désir qu’il en avoit lui-même manifesté ? Nous ne