Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


on le veut rendre complice, ses os tout desséchés en tressailleroient dans le tombeau. Lui qui tant de fois protesta si éloquemment de son amour pour l’église romaine, de son obéissance filiale à ses pontifes, il les entendroit insulter chaque jour par des sectaires qui se disent ses disciples ; il verroit se développer une noire conjuration pour séparer d’eux le royaume de Saint Louis : mais parmi ceux qui se plaisent à semer contre eux les soupçons et la défiance, qui repoussent leur autorité, qui voudroient peu à peu habituer les français à ne voir dans le père commun des chrétiens qu’un étranger ; parmi les voix qui s’élèvent pour répandre ces odieux sentiments, il ne pourroit comme nous en reconnoître une qui, en d’autres temps, rendit aussi un éclatant hommage à cette Rome sainte à qui l’Europe doit sa civilisation.

Admirez cependant les dispensations de cette haute providence qui conduit le monde, et veille sur l’église de Jésus-Christ. Des hommes s’émeuvent, se rassemblent, pour ébranler le trône du prince des apôtres, pour soustraire à sa puissance des peuples égarés, et sur ce trône elle fait asseoir un pontife dont les vertus et la sagesse profonde rappellent la sagesse et les vertus de Léon-Le-Grand ; également distingué et par l’inébranlable fermeté du caractère, et par cette douceur persuasive et