Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


certainement pas à l’accusation de fanatisme et de jésuitisme ; il seroit traduit devant le public comme un ennemi des rois et des peuples ; on peindroit sa doctrine des plus noires couleurs, on lui supposeroit des desseins secrets. Voyez-vous ? Diroit-on ; entendez-vous ? " La conséquence est inévitable, ce sont les gibets et les bûchers, le despotisme et l’inquisition. La perspective est touchante ! " Ce noble genre de discussion est devenu si familier aux admirateurs de la civilisation nouvelle, de cette civilisation par écrit, qui compte déjà près de douze années d’existence et de traverses, que nous craignons beaucoup d’exposer à leurs délations et à leurs insultes un éloquent écrivain dont le témoignage a cependant trop de poids dans la question qui nous occupe, pour qu’il nous soit possible de le passer sous silence ; peut-être aussi son autorité nous servira-t-elle de sauvegarde.

Rome chrétienne a été pour le monde moderne ce que Rome païenne fut pour le monde antique, le lien universel... etc.