Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


même, ont rendu sur ce point un hommage non suspect à la conduite des papes. Mais nul, parmi les protestants, n’a mieux senti que Leibnitz les avantages politiques de la suprématie pontificale. à propos du projet de paix perpétuelle de l’abbé De Saint-Pierre, projet fondé sur l’érection d’un tribunal européen : pour moi, dit-il, je serois d’avis de l’établir à Rome, et d’en faire le pape président, comme en effet il faisoit autrefois figure de juge entre les princes chrétiens... etc.

Si Leibnitz eût écrit de nos jours, il n’échapperoit