Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Instruite par l’expérience et par la tradition universelle des peuples, la sagesse antique avoit compris qu’aucune société humaine ne pouvoit ni se former ni se perpétuer, si la religion ne présidoit à sa naissance, et ne lui communiquoit cette force divine, étrangère aux œuvres de l’homme, et qui est la vie de toutes les institutions durables. Les anciens législateurs voyoient en elle la loi commune, source des autres lois, la base,