Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le premier devoir des évêques, et saint Paul le rappelle sans cesse : publiez la saine doctrine ; parlez, exhortez, reprenez avec toute autorité, car Dieu ne nous a pas donné l’esprit de crainte, mais l’esprit de force et d’amour. Il est temps que les premiers pasteurs se souviennent de ce précepte, et que leur voix console, encourage, unisse le troupeau.

Il est temps qu’ils repoussent avec publicité des maximes fatales à l’Eglise, et qui sont devenues comme le symbole de tous ses ennemis. " qui ne résiste point à l’erreur, l’approuve ; et qui ne défend pas la vérité, l’opprime. " qu’importe les inconvénients que s’exagère la timidité ? Et à quelle époque le devoir fut-il donc sans inconvénients ? Ce seroit une triste prudence