Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui établissez des lois impies, et qui écrivez l’injustice ! Malheur à la nation pécheresse au peuple chargé d’iniquités, à la race perverse, aux enfants du crime, qui ont abandonné le seigneur, qui ont blasphémé le saint d’Israël, et qui se sont retirés de lui ! Malheur aux prophètes insensés qui suivent leur esprit, et ne voient rien ! Malheur à vous qui dites que le mal est bien, et que le bien est mal ; qui appelez les ténèbres la lumière, et la lumière les ténèbres ! Malheur à vous qui êtes sages à vos propres yeux, et qui vous applaudissez de votre prudence ! Malheur à vous qui avez un cœur double, et des lèvres criminelles, et des mains souillées, et qui marchez en deux voies sur la terre ! Que feront-ils, quand tout à l’heure Dieu les regardera ?