Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de la part de l’administration. Il ne s’agit que de faire apprendre à lire aux petites filles dans la charte, à qui le noble pair n’assigne cependant que la seconde place dans la bibliothèque de l’enfance. Il ne dit pas à quel autre ouvrage il réserve la première : mais il tient extrêmement à ce qu’on mette entre les mains des jeunes personnes, lorsqu’elles seront déjà suffisamment familiarisées avec les lois fondamentales et les lois organiques, la défense des quatre propositions de 1682, par Bossuet. Les esprits légers trouveront peut-être ces lectures excessivement graves ; on ne nie pas qu’au premier aspect elles n’offrent quelque chose d’un peu sérieux pour des petites filles, et même pour des petits garçons : mais après cela aussi la