Page:Deherme - L’Idéologie délétère.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




L’Idéologie délétère


LES SUPERSTITIONS MATÉRIALISTES




I. — Les péchés d’esprit.


Quelques idées fondamentales et directrices animent la société, la civilisation, l’ensemble des êtres convergents qu’est l’Humanité. Entendons des idées organiques, qui règlent les volontés, inspirent les pensées, déterminent les concours, — non du verbiage.

Il y a aussi, discernons-le, une idéologie délétère.

Celle-ci gagne ce que l’autre perd. Et c’est parce qu’elle a gagné de plus en plus sur le bon sens positif que l’atroce carnage a pu ensanglanter l’Europe pendant cinquante et un mois. Le « militarisme » et la « méchanceté des gouvernants » ne sont que les boucs émissaires de nos péchés d’esprit.

Disons-le. La volonté endurcie du mal pour le mal est extrêmement rare. Pour notre part, nous