Page:Deherme - L’Idéologie délétère.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’en avons jamais rencontré qu’un exemplaire. C’était d’ailleurs un poète sentimental et un humanitaire professionnel.


II. — L’anarchie spirituelle et la guerre.


La cause efficiente de cette guerre abominable c’est l’anarchie morale dans laquelle le monde se débat ; son principal fauteur, c’est l’individualisme révolutionnaire. On ne peut imputer aux empires centraux — et cela les marque pour la flétrissure indélébile de l’histoire — que le fourbe de leur politique, l’ignoble et féroce sauvagerie de leur soldatesque, leur cruauté implacable envers les vaincus, leur ignominieuse lâcheté dans le revers.

C’est une erreur extrêmement dangereuse de croire que le kaiser, et les empires centraux ont voulu la guerre pour la guerre, parce que c’est admettre qu’un phénomène aussi constant dépend des caprices humains et que, grâce à la « démocratie sociale » allemande, la paix universelle va pouvoir s’établir définitivement sans que nous ayons à en réaliser les conditions morales.

La vérité, c’est que toute guerre est une réaction vitale de l’organisme social contre l’intoxication des faux principes, la corruption dissolvante, le désordre destructeur. Ne pas reconnaître ce qui la rend inéluctable, ne pas se préparer à la soutenir au moment le plus favorable, ne pas