Page:Delamétherie - Leçons de géologie II.djvu/285

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


carte de cette mer, d’après les observations rapportées dans l’almageste de Ptolomée. Cet astronome donnait à la mer Caspienne vingt-trois degrés et demi, d’orient en occident, c’est-à-dire, quatre fois plus qu’elle n’a aujourd’hui ; tandis que du nord au sud, il lui donnait presque moitié moins que ne trouvent les géographes modernes.

Ptolomée avait déterminé l’embouchure du Volga, dans cette mer, à 49 degrés de latitude ; et aujourd’hui on ne la trouve qu’à 46 degrés.

Abufden, auteur arabe, qui vivait dans le dixième siècle, détermina les dimensions de la mer Caspienne. Il lui donna moins d’étendue d’orient à l’occident que les anciens géographes ; mais il lui en donne beaucoup plus qu’eux du nord au sud, et moins que les modernes,

Pomponius Mela dit que la mer Caspienne est formée par un détroit qui a beaucoup de longueur.

Les observations les plus récentes et les plus exactes qu’on ait sur cette mer, ont été faites par Beauchamp. Il lui donne ’beaucoup plus de longueur du nord au sud, et moins de l’orient. à l’occident, qu’aucune des mesures anciennes.

On ne peut guère douter, d’après l’inspection des lieux actuels, que le lac Aral ne fît anciennement partie de la mer Caspienne : ce qui avait fait dire aux anciens que l’Oxus se déchargeait dans cette mer ; au lieu qu’aujourd’hui son embouchure est dans le lac Aral, lequel n’est plus contigu avec la Caspienne.

Nous rapporterons ailleurs des faits nombreux qui prouvent que ces deux mers ont été, dans des tems antérieurs, beaucoup plus étendues qu’elles ne le sont aujourd’hui.

Plusieurs faits paraissent également indiquer que la Caspienne communiquait à la Méditerranée.