Page:Delamétherie - Leçons de géologie II.djvu/287

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


orientales de l’Asie, jusqu’aux côtes occidentales de l’Amérique, et ensuite celles qu’on trouve dans le golfe du Mexique, dans l’Océan atlantique, et jusques sur les côtes occidentales de l’Afrique, sont les sommets élevés des terrains qui sont submergés sous les eaux.

La mer Rouge est, suivant tous les voyageurs, plus élevée que la Méditerranée ; ils assurent que si on ouvrait entre ces deux mers l’isthme de Suez, la première verserait ses eaux dans la seconde : nous avons vu que cette élévation paraît être environ de trente pieds.

La même chose s’observe au détroit de Gibraltar : il y a un courant qui vient de l’Océan et emporte les eaux dans la Méditerranée.

Plusieurs faits paraîtraient prouver que le niveau des eaux de la Méditerranée s’élèvent.

Antise, Pharos et Tyr étaient autrefois des îles, suivant Pythagore, et tiennent aujourd’hui au continent, disait Ovide.

Le détroit de Messine avait été ouvert par des secousses de tremblement de terre, suivant d’anciennes traditions rapportées par Pythagore.

Manfredi a observé qu’à Venise et à Ravenne les eaux sont plus hautes aujourd’hui qu’elles n’étaient il y a quelques siècles. On a été obligé d’élever le pavé de la cathédrale de Ravenne, ainsi que celui de la place de Saint-Marc, à Venise. Tous les bas du palais ducal, à Venise, sont aujourd’hui dans les eaux.

Plancus a également constaté aux digues du port de Venise que la mer s’y est élevé.

Bridome a fait la même observation sur les côtes de l’île de Malte. Des chemins creusés dans le roc, pour arriver à la mer sont aujourd’hui baignés de ses eaux.

Pini dit que les eaux gagnent sur les côtes de l’île d’Elbe. Il