Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par quelques caractères, et qu’ils en diffèrent par à quelques autres. Ils sont donc des mêmes genres, mais on ne peut assurer qu’il soient des mêmes espèces.

Cuvier convient qu’il y a seize ou dix-huit espèces de quadrupèdes fossiles, qui présentent, avec des espèces connues, beaucoup de traits de ressemblance. Mais, ajoute-t-il, la comparaison n’a pu encore en être faite d’une manière assez scrupuleuse, pour lever tout doute.

Ces quadrupèdes, qui n’ont que des rapports éloignés avec les existans, sont :

L’éléphant ;
Le rhinocéros ;
Le tapir ;
Le petit hippopotame ;
Les ours ;
Les jaguars ;
Les lions ;
Le cheval ;
Les renards ;
Le lagomys ;
La sarigue ;
Les lamantins ;
Les phoques ;
Les crocodiles ;
Les tortues.

Ces légères différences ne prouvent pas toujours que ces animauxiaient formé des espèces différentes ; car j’ai fait voir dans mon ouvrage de la Perfectibilité et de la Dégénérescence des êtres organisés, toute l’influence qu’avaient sur eux le climat, la température, la nourriture, le croisement des races… J’ai