Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prouvé que les espèces en étaient souvent altérées à un degré inconcevable, au point qu’on pourrait croire que ce sont de nouvelles espèces… tels sont, par exemple, le gros bouldogue et le petit levrier… le bœuf ordinaire et celui sans cornes…

Cependant ce sont toujours les mêmes espèces.

Car je suis bien éloigné de croire à ces changemens d’espèces, que quelques auteurs ont supposé qu’une monade, par exemple, peut devenir un mammifère, un éléphant, un rhinocéros… un singe, un ourang-outang…

Prenons pour exemple l’espèce du chien.

Si nous supposons pour espèce primitive le chien de berger, on retrouve toujours dans les variétés qui paraissent s’en éloigner le plus, tel que le gros bouldogue, et l’effilé levrier, le j bichon…, les caractères essentiels du chien de berger.

Le bœuf a ordinairement des cornes : c’est un de ses caractères, et cependant il y a une variété qui n’a point de cornes.

Le mouton présente un grand nombre de variétés. Celui à grosse queue se fait principalement remarquer, et paraît différer du mouton ordinaire…

Le cochon offre également un grand nombre de variétés. On distingue particulièrement celui à longues oreilles…

Les oiseaux domestiques offrent des différences qui ne sont pas moins extraordinaires ; les genres, poulets, canards, pigeons… présentent des variétés très-particulières…

Les mêmes phénomènes s’observent à l’égard des végétaux. Ceux qui vivent dans les plaines diffèrent de ceux qui vivent dans les montagnes ; ceux qui habitent un climat chaud diffèrent des ceux qui sont dans un climat froid…

Mais ceux qui sont cultivés par la main de l’homme, éprouvent des modifications encore bien ; plus considérables, comme