Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Faujas, dans son histoire de la montagne de Saint-Pierre, adopte la même opinion.

3°. Adrien Camper, fils de Pierre Camper, abandonna l’opinion de son père, et dit que ces os avaient appartenu à un genre particulier de reptile saurien, qui a des rapports avec les sauvegardes, ou molitors, et d’autres avec les ignames.

Cuvier, d’après un examen approfondi de toutes les parties de cet animal, adopte l’opinion d’Adrien Camper [1].

On voit donc, en dernière analyse, dit-il, que cet animal a dû former un genre intermédiaire entre la tribu des sauriens, à langue extensible et fourchue, qui comprend les molitors et les lézards ordinaires, et celle des sauriens à langue courte, et dont le palais est armé de dents, laquelle embrasse les ignames, les marbrés, et les anolis.

On a des fossiles d’autres animaux de cet ordre.


DES CROCODILES FOSSILES.

Des os fossiles de crocodiles se trouvent en différens endroits. Mais il y a de grandes discussions parmi les naturalistes, pour savoir si tels os fossiles appartiennent, à des crocodiles, ou à d’autres animaux de la même famille.

L’abbé Bachelet avait ramassé des os fossiles, aux environs de Honfleur et du Hâvre, dans des bancs d’une marne grisâtre endurcie. Il croyait qu’ils étaient des os de cétacés. Dicquemare en a aussi parlé, dans le Journal de Physique, tome vii, page 406.

  1. Cuvier, Annales du Muséum, cahier 69, pag. 145.