Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Bocconi avait déjà dit qu’on trouvait, à Malthe, des tortues fossiles.

Gesner avait vu aussi des tortues fossiles, qu’on trouvait dans les glaisières de Glaris.

Burtin, dans son Oryctographie des environs de Bruxelles, rapporte qu’on a trouvé, à Melbroech, des tortues fossiles.

Lamanon a également parlé des tortues fossiles, qui se trouvent dans les plâtres des environs de Paris (Journal de Physique, tom. 16, pag. 468).

Il a aussi fait voir que, parmi les fossiles qu’on trouve dans les carrières de plâtre des environs d’Aix, en Provence, ceux qu’on regardait comme des têtes humaines, avaient appartenu à des tortues.

Cuvier a également fait des recherches sur les tortues fossiles. Il croit que toutes celles qui ont été décrites comme fossiles, sont marines, et du genre des trionix ; mais il ajoute qu’elles n’ont point d’analogues connus.


DES SAURIENS, ET PARTICULIÈREMENT DE CELUI DES CARRIÈRES DE MAESTRICHT.


Le grand animal des carrières de Maëstricht est célèbre dans l’histoire des fossiles. Trois opinions différentes ont été avancées sur sa nature.

1o. Pierre Camper crut qu’ils avaient appartenu à un cétacé.

Van-Marum adopta l’opinion de son maître Camper.

2o. Hoffman et Drouin pensèrent que ces os avaient appartenu à un crocodile.