Page:Delly - Dans les ruines, ed 1978 (orig 1903).djvu/193

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

un frôlement sur mes pieds… C’était la mer qui arrivait. En reculant, je heurtai le fond d’une grotte, et je compris qu’il m’était impossible de fuir… J’ai pensé alors que j’allais mourir et j’ai demandé à Dieu de te consoler, ma sœur chérie, dit-il en lui entourant le cou de ses bras dans un élan de tendresse bien rare chez lui.

— Et ce Dieu si bon t’a exaucé en te sauvant, mon petit frère. Demain, nous remercierons ensemble celui qui a été son instrument et qui n’a pas hésiter à risquer sa vie pour toi.

— Oh ! Alix, comme il est fort et courageux !… Et maintenant il est bon. Ce n’est plus du tout le même… Je trouve qu’il ressemble beaucoup à maman… Mais peux-tu me dire, Alix, pourquoi M. Maublars a voulu me faire mourir ?

Il attachait sur elle ses grands yeux graves, qui reflétaient l’indicible étonnement de cette âme enfantine devant ce mystère d’iniquité, cette vengeance inexpliquée pour elle… Alix serra fiévreusement les mains de son frère en étouffant un soupir d’angoisse.

— Il nous hait tous, voilà ce que je puis te dire, et, s’il t’a choisi pour victime, c’est que tu ressembles à ceux qui ont le premier rang dans ses rancunes…

— À ma mère et à mon oncle, alors, conclut-il sans hésiter. Je comprends maintenant, ma sœur…

— Alix, venez vous mettre au lit, je vous prie ! s’écria miss Elson avec autorité. Si vous voyiez quelle mine vous avez !… Gaétan en sera quitte pour peu de chose, je l’espère, car il est robuste, mais on n’en peut dire autant de vous. Laissez-vous soigner, ma chère, vous en avez plus grand besoin que lui, croyez-moi.

La jeune fille embrassa son frère et se dirigea vers sa chambre. Un tremblement l’agitait, une

rougeur brûlante avait remplacé la pâleur de tout

191