Page:Deprez - Petit cours d'histoire de Belgique, 1916.djvu/153

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 151 —

IX. — DOMINATION FRANÇAISE




CHAPITRE I

Révolution française. — Conquête de la Belgique
par les Français[1]


1. Causes de la révolution. La révolution française de 1789 est le grand fait historique qui clôt les temps modernes et ouvre la période contemporaine. Elle fut amenée par les iniquités de l’état social existant :

Le peuple payait presque seul les impôts, et les campagnards gémissaient toujours sous les corvées, les dîmes et les servitudes féodales.

La noblesse et le clergé formaient deux classes privilégiées, exemples de beaucoup de charges, et pour les nobles seulement il y avait accès à la magistrature et aux grades militaires.

L’autorité royale était si étendue, qu’une lettre de cachet pouvait priver sans motif un citoyen de sa liberté.

À la cour, foyer de corruption, s’engloutissait, dans des fêtes somptueuses et de folles dépenses, le produit de la sueur du peuple : les règnes néfastes de Louis XIV et de l’infâme louis XV avaient épuisé les finances de la France.

Tous ces abus étaient mis en lumière et vivement flétris par des écrivains audacieux, propagateurs, en même temps, des idées d’égalité et de liberté. Leurs chefs étaient Voltaire surnommé le roi Voltaire, le président de Montesquieu et Jean-Jacques Rousseau, l’écrivain le plus éloquent de son siècle.

2. La révolution. — Le vertueux, mais faible Louis XVI, se voyant en présence d’embarras financiers inextricables, convoqua les États généraux (1789). Ceux-ci, à peine réunis, s’érigèrent en Assemblée générale constituante,

  1. Il nous parait inadmissible que les élèves puissent quitter l’école sans avoir une idée suffisante de la période mémorable qui s’étend de 1789 à 1815.