Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, X.djvu/179

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Correspondance. 169

rationem tuîad reliquos doélos intelligas . Ego valeo. Pri- die Nonarum Maij i6ig,Jîylo novo".

Venit hue è patriâ tua Gallus quidam elegantijffîmas artes publice profejfus, fonles perpétua ab eâdem aquâ 5 falientes, bellica, medica, rei familiaris augmentum in pane multiplicando, ciim ipfe foret rerum omnium egenus. Huric conveni, & examini fubieéîum, omnium rerum fere ignarum comperi, eîiam eorum quœ profiteretur. Itaque hîc rem nonfaciet, ejlque ad borealiores re{le)gandus, vbi 10 craJlfa ingénia deceptionibus & prœjligijs magis patent.

Tuus vtfuus

Ifack Beeckman. Het opfchrift was : A Monfieur '5 Monfieur René Du Perron ejîanî in Denemarcken port. Coppenhaghen^.

2 Non à la ligne. — 7 examini] exanimi. — 9 re{le)gandus] re- gandus.

a. Voir ci-avant, p. 46, note b.

b. Cette lettre parvint-elle à son adresse ? On ne sait. Toujours est-il que les relations entre Descartes et Beeckinan furent interrompues, au point qu'en 1628 Descartes, revenu en Hollande, s'en fut d'abord à Mid- delbourg pour retrouver son ami, ne sachant pas qu'il avait été nommé à Utrecht, 26 novembre 1619, à Rotterdam, 37 novembre 1620, et finale- ment à Dordrecht, mai 1627;

��ŒuvRKS. V. aa

�� �