Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/108

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
MARCELINES DESBORDES-VALMORE

Elle eut dû s’en douter, pourtant…

Un soir qu’il m’observait, roulant sous sa paupière,
Je ne sais quoi d’amer, de sombre et de moqueur,
(Oh ! que l’âme est troublée à l’adieu d’un prestige !
L’épi touché du vent tremble moins sur sa tige,
L’oiseau devant l’éclair est moins saisi d’effroi ;)
Je sentis qu’un malheur tournait autour de moi.
Pour la première fois, dans sa cruelle adresse,
Jouant avec mon cœur qu’il déchirait, hélas !
Il parlait de bonheur sans parler de tendresse,
Il parlait d’avenir et ne me nommait pas !

C’est une digression. Tout de suite elle revient à sa blessure vivante, où le fer est resté.

Sa main, qui refusait comme lui de m’entendre,
S’éloigna de ma main :
Ses yeux, qui tant de fois me priaient de l’attendre,
Ne disaient plus : demain !
Pâle, presque à genoux, suppliante, craintive,
J’ai dit… je n’ai rien dit, mais on entend les pleurs.
Et ce morne silence où parlent les douleurs,
Ce cri, prêt d’entr’ouvrir le sein qui le captive,
Tout en moi, tout parlait : il n’a pas entendu.
C’en était fait, ma sœur…
Que veux-tu, je l’aimais. Lui seul savait me plaire :
Ses traits, sa voix, ses vœux lui soumettaient mes vœux.
Tendre comme l’amour, terrible en sa colère…
(Plains-moi, connais-moi toute à mes derniers aveux)
Je l’aimais, j’adorais ce tourment de ma vie ;
Ses jalouses erreurs m’attendrissaient encor :
Il me faisait mourir, et je disais : J’ai tort.
À douter de moi-même il m’avait asservie.