Page:Desportes - Premières œuvres (éd. 1600) VII - Meslanges II.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée





Ceux qui peignent Amour sans yeux
Doncque ce tyran sans mercy
Douce liberté desires
En quel desert
Helas que faut-il que ie face
Helas que me faut-il faire
Ie ne veux iamais plus penser
L'Amour qui loge en ma poitrine
Las en vous esloignant, Madame
Las que nous sommes miserables
La terre nagueres glacee
Le mal qui me rend miserable
M'ostant le fruit
O beaux ennemis de mon coeur.
O bien heureux
O Nuict, ialouse Nuict
Pour faire qu'vne affection.
Pour voir ma fin toute asseurée
Pour vous aimer
Quand ie pense aux plaisirs
Quand vous aurez un coeur
Quel feu par les vents animé
Que m'a serui
Que n'ay ie la langue aussi prompte

Qie vous m'allez tourmentant
Que ie suis redeuable
Rozette pour vn peu d'absence
Sçauez-vovs ce que ie desire
Si tost que vostre oeil m'eust blessé
Sus sus mon Lut
Tant que i'ay eu du sang
Trompé d'attraits
Vn doux trait de vos yeux
===ODES.===
Cependant que l'honnesteté
De mes ans la fleur se destaint
Quand tu ne sentirois
===STANSES.===
Ah Dieu faut-il partir?
Alors qu'apres de vous
Amour, guide ma plume
Belle & fiere Deesse
Cesse, Amour, tes rigueuri
De la Chasse
Douze filles d'Afrique
D'où vient qu'vn beau
En fin les Dieux benins
Iupiter s'il est vray