Page:Desrosiers - Les Engagés du Grand Portage, 1946.djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

terminer cette tâche le soir même. Aussi le moignon informe, avec sa pale mal dégrossie, circule-t-il de main en main, à l’heure du départ.

— Regardez, bourgeoys, regardez ; voilà l’ouvrage de Turenne ; il n’a pu la finir : il était allé à la pêche.

Quolibets et rires pleuvent. On s’amuse.

À tout instant se produisent ainsi des coïncidences et des incidents mystérieux ; puis, subitement, ils cessent. Mais que Louison Turenne accomplisse une action d’éclat qui le signale à l’attention du bourgeoys, qu’il sauve l’équipage et la cargaison d’un canot qui s’en allait à la dérive dans des rapides, qu’il porte toutes les pièces d’un voyageur dans un portage singulièrement difficile, et, instantanément, le feu roulant des événements étranges reprend son cours : l’alène se perd au campement, la marmite à brai reste au bivac, le wattap et l’écorce de bouleau disparaissent.

Désormais Louison Turenne comprend. Il les connaît à fond, maintenant, il les connaît tous, les trucs vieux comme le monde dont on se sert contre lui, et surtout ceux qui visent à démontrer qu’il est un engagé peu soigneux : ouvrage confié à la dernière minute, urgence prétendue pour imposer la hâte, visites et tracasseries pour le déranger et empêcher que l’exécution soit parfaite ; et, s’il tourne le dos, sabotage de l’œuvre de ses mains.

Muet, impassible d’apparence, Louison Turenne la regarde agir, la petite bande sans scrupule ; il apprend à connaître les uns après les autres tous les membres qui la composent, il les voit engrener l’un dans l’autre tous leurs mouvements, distiller leur venin et leurs mensonges. Il assiste à leurs manèges.

Ils sont au travail, les termites. Afin de saper sa réputation, ils accomplissent leur besogne microscopique et souterraine ; ils grignotent dans les ténèbres. À la moindre alarme, ils fuient : plus rien. Puis ils s’avancent de nouveau, craintifs, toujours tremblants à l’idée d’être découverts et d’être écrasés brusquement.

[ 64 ]