Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 112 —

quents. Je pourrais vous en citer plusieurs dont chacun aurait son cachet particulier d’atrocité, mais nous reviendrons là dessus plus tard. Continuons pour le moment l’examen du code noir.

Le pouvoir esclave avait une si grande peur de l’intelligence qu’il empêchait le maître de donner le plus léger commencement d’instruction primaire à son esclave. L’intervention de la loi en faveur de l’esclave était une moquerie quand il fallait protéger celui-ci, mais quand il fallait le dégrader, ou le démoraliser, ou l’abrutir, alors elle intervenait avec rigueur pour forcer le maître de dégrader et d’abrutir son bétail humain. Cela a été de tout temps dans le Sud.

Une loi de la Caroline du Sud, de 1740, porte que :

« Tout individu qui enseignera ou fera enseigner l’écriture à un esclave, ou qui l’emploiera à des écritures quelconques, sera puni d’une amende de £100 sterl : »

Un acte de 1800 décrète 20 coups de fouet contre les nègres qui se réuniront « soit seuls, soit avec des blancs, pour recevoir de l’instruction. »