Page:Dessaulles - Papineau et Nelson, blanc et noir... et la lumière fut faite, 1848.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 18 —

En conséquence, je me rendis de St.-Hyacinthe à St.-Denis le vingt deux novembre au soir, mais trop tard pour m’acquitter de mon message :

Le lendemain 23 nov : je me rendis, à huit heures du matin, à la demeure du Dr. W. Nelson, mais je ne pus le voir, parcequ’il était allé, me dit-on, faire une reconnaissance pour observer les forces qui marchaient sur St.-Denis :

À neuf heures du même jour, 23 nov : je retournai chez le Dr. Nelson et je vis, en entrant M. le Dr. T. Kimber :

Deux ou trois minutes seulement après mon entrée dans la maison, le Dr. Wolfred Nelson entra chez lui, revenant de son excursion au devant des troupes :

Je lui dis alors, en présence du Dr. Kimber, que j’étais chargé pour lui d’un message important et que je désirais le voir en particulier ainsi que MM. Papineau et O’Callaghan qui étaient dans la maison : Sur cela le Dr. Nelson m’invita à monter dans une des chambres supérieures de la maison où il me dit que je trouverais M. Papineau, et prenant le devant, il me fit entrer dans la chambre où il (M. Papineau) était avec le Dr. O’Callaghan :

Je m’acquittai de suite du message dont j’étais chargé, et je reçus du Dr. Nelson l’injonction de repartir aussitôt que possible pour St.-Hyacinthe afin de porter sa réponse :

Puis le Dr. Nelson s’adressa à M. Papineau et lui dit qu’il venait d’aller faire une reconnaissance ; qu’il avait vu les troupes en marche sur