Page:Dessaulles - Papineau et Nelson, blanc et noir... et la lumière fut faite, 1848.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 21 —

titude ne décelait le moindre trouble moral ni la moindre surexitation.

Et en foi de tout ce que dessus, j’ai signé.

L. A. Dessaulles, J. P.

Assermenté par devant moi à St.-Hyacinthe le vingt trois septembre mit huit cent quarante-huit.

V. St. Germain, J. P.


Province du Canada.

District de Montréal.

Augustin Fontaine, demeurant dans la

paroisse de St.-Denis, après avoir prêté serment sur les saints-Évangiles de dire la vérité, dépose et dit :

Que le vingt-trois Novembre mil huit cent trente-sept il entra chez le Dr. Wolfred Nelson à St.-Denis, vers deux heures du matin : qu’après avoir fait une commission dont il était chargé pour le Docteur il lui demanda si M. Papineau, qu’il venait de voir dans la maison, resterait avec eux pour le lendemain ; que M. le Dr. Nelson lui répondit que M. Papineau ne resterait probablement pas, ou qu’au moins, s’il restait ce serait malgré lui, le Dr. Nelson :

Que la veille de la bataille, vers six heures du soir, il était avec plusieurs personnes devant la maison du Dr. Nelson, et qu’il entendit le Dr. Nelson dire qu’il fallait que M. Papineau s’en allât, parceque, si par malheur, il était tué, il ne pourrait être remplacé par aucun d’eux.

Et le déposant n’ayant rien de plus à dire a fait sa marque ordinaire après lecture faite.

Augustin x Fontaine.

Assermenté par devant moi à St.-Hyacinthe