Page:Dessaulles - Papineau et Nelson, blanc et noir... et la lumière fut faite, 1848.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’AVENIR.


Laissons là ceux qui croient que le monde va crouler, parceque tout se remue et s’agite autour d’eux.

MONTRÉAL, MERCREDI, 25 OCTOBRE 1848.


Des hommes pervers peuvent quelquefois réussir à tromper le peuple pendant quelques jours, en dénaturant les faits, en mentant et en mentant encore avec une effrayante audace. Mais la vérité triomphe tôt ou tard ; le mensonge est mis à nu au grand jour, et ceux qui se sont faits les vils propagateurs de la calomnie tombent avec le voile épais et nuageux que l’on avait jeté sur la vérité. Nous n’avons encore rien dit des accusations portées par le Dr. Nelson contre M. Papineau. Le Dr. Nelson était jusqu’alors à nos yeux un homme respectable, digne de l’estime et de la confiance de nos concitoyens qu’il a conduits à la victoire en 1837. Nous hésitions à deviner une aussi monstrueuse perversité chez un homme qui s’est couvert de lauriers. Mais aujourd’hui, il y a deux hommes dans le Dr. Nelson ; il y a un bon citoyen, un grand patriote qui en 1837, combattait contre la tyrannie pour la liberté ; il y a un homme qui, en 1848, se fait l’ignoble ins-